Les Fous

by ZenCabine

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

      name your price

     

1.
2.
02:27
3.
4.
02:50
5.
02:28
6.
03:21
7.
8.
9.
02:52
10.
11.
02:38

about

Noire folie, ambiance de polar!

credits

released March 31, 2012

ZenCabine© copyright 2012

tags

license

all rights reserved

about

ZenCabine Québec

zencabine@hotmail.fr

ZenCabine est un projet personnel! Ces chansons ont été enregistrées dans mon presque studio, le son n'est donc pas de très bonne qualité! Soyez indulgents car l'idée première, en les mettant en ligne est d'amasser un peu d'argent qui me permettra d'acheter assez de bière pour attirer mon ami Jo de Québec qui, lui, a le talent nécessaire pour réaliser un album qui déchire! ... more

contact / help

Contact ZenCabine

Streaming and
Download help

Track Name: Comme la neige (1re partie)
Comme la neige qui tombe sur l’herbe encore dressée d’un automne monotone, l’orignal s’est couché. Dans mon crâne une bombe, sous les regards amusés, éclatent mes neurones d’animal blessé. Vous ne mangerez pas ma viande car tous mes muscles sont bandés. Et même si mon cœur est tendre, j'vais être dur à mâcher. Jetant les viscères qui glissent de mon abdomen découpé, même mort ils m'haïssent, pendu par les pieds.
Toi, toi le chasseur qui me traque, parce que je suis le reflet affichant au grand jour ton monde sanguinaire, l’esprit léger tu crois, dans le miroir du lac, voir un homme qui jamais ne trahira sont amour, n’ira au bout de sa colère, ne va tuer…
Track Name: Fou
Me réveiller tout seul Dans une chambre capitonnée. Ton hostie d’tisane au tilleul, kossé qu’ta mis d’dans ? chu mélangé. Me semble qu’on était chums , j’étais Naslund t’étais Lafleur,On se prenaient pour des hommes parce qu’on gagnaient contre ta sœur.
Je fuis la mer qui gronde et les pas pesants de mon père. On n’est pas sua même longueur d’onde, j’pense qu’y a ben du chemin à faire…
J’suis fou….. fou…….fou
Encore essayer de noyer, les voix qui s’engueulent dans ma tête mais le lac était ben que trop gelé j’aurais dû me jeter par la fenêtre. Dans les yeux des autres y a la peur, on se demande de quoi j’suis capable. Mon cerveau à 100 miles à l’heure de mon état est le coupable
Track Name: Machine à saucisses
Rentre à neuf heure, sort à dix pour faire marcher la machine à saucisses!
À défaut d’avoir une vie potable tu pourras au moins mettre du beurre sua table!
Y faut descendre encore même si on vient de sortir la tête de l’eau.

(C) Je me souviens d’un (F) temps où les wi(Fm)pers intermit(Bb)tents é(E)taient un luxe i(A)nabordable mais (Am) le sirop d’é(D)rable était pas (B)cher.

(C) J’y repense souvent(F) et le ra(Fm)conte à mes en(Bb)fants, pe(E)tits zombies assis(A) à ma table fi(Am) gés d’vant leurs por(D)tables l’âme à l’(B)air.

Y a surement quelqu’un qui dort sua switch c’est effrayant comme on nous liche pour avoir notre pécule , on boursicote, on fabule, on spécule. L’argent est une crisse de bitch qui n’a pas peur de la triche mais à ce jeu je suis trop nul… Ça a l’air que même l’amour
ça se calcule!

Rentre à neuf heure, sort à dix pour faire marcher la machine à saucisses!
À défaut d’avoir une vie potable tu pourras au moins mettre du beurre sua table!
Y faut descendre encore même si on vient de sortir la tête de l’eau

C’était la belle époque où tout ce qui fallait pour être le coq c’tait un gros bike à pneus balloune pis les photos d’pitounes d’un catalogue.

C’était moi le Buck, le kaïd du quartier Pollock… me v’la à vendre des vieilles minounes pis à jouer la guidoune d’vant des grosses plogues… « Le client a toujours raison »
Track Name: Les ombres
J’essaie de combattre la peur
Mais les images sombres s’imprègnent dans ma tête comme des ombres qui mangent mes couleurs.

Faire semblant d’être normal
Ça dure un temps et puis meurt, revient alors ma phobie elle est toujours à l’heure, fidèle animale.

Je plante mon corps sous l’oreiller, sous les draps. Allez-y complotez mais vous ne m’aurez pas. Tous des clones, belle bande de mules qui s’entêtent à me dire que ce que je vois ça se passe juste dans ma tête. « Rentre dans l’rang, y est grand temps d’agir comme tout le monde. » J’veux pas m’y faire j’ai même d’la misère à croire que la terre est ronde.
Track Name: Rage
Salut le gros fait toi en pas . Y est rien arrivé de grave. J’veux juste savoir comment ça va, faire le clown, jouer au cave.
J’ai vu ta mère au dépanneur, elle m’a dit que t’allais mieux. Tu nous as fait toute une peur, on a pris un coup d vieux à cause de toé.
C’est le printemps et par ta fenêtre tu vois des libellules. Pour l’heure tout est stable et c’est peut-être parce que tu prends tes pilules.
On parle de tout et de rien comme si tu allais bien. Happy end d’un film américain, on s’est r’trouvé enfin.
Pendant que ta tête nous bricole un beau prototype de mongol on fait semblant de bonheur.
On sait très bien tous les deux que la mèche brûle à petit feu jusqu’à t’exploser le cœur.
Une bestiole nuisible parasite ta pensée. Tu suis les ordres d’un tyran invisible. C’est pourquoi on doit te garder en cage, te protéger de toi-même. C’est le seul moyen de contenir ta rage.
Ra-age la la la la la la
Track Name: Voyons donc
Voyons-donc! Voir si tu me déranges!
Tu parles d’une question étrange.
J’m’ennuyais justement de caresser tes longs cheveux, de parler notre langue à nous deux. Ça fait trop longtemps mon bébé, mon enfant.

Avant que la vie ne te catapulte, désarmée et pure, dans un monde d’adultes. Reste un peu. Y a des vieilles boîtes dans l’fond du garage pleines de photos où l’on voit nos visages lumineux ensembles et heureux.

Tu jettes un coup d’œil à la porte d’entrée. Cherche un moyen d’échapper à l’étreinte d’un vieil homme qui t’aime trop fort. J’ai fait pareil avec mon vieux père. L’envie de tout laisser derrière, l’impression qu’on ne doit rien à personne. C’est faux…….


Veux-tu quelque chose une bière un café? J'ai même en masse de place à coucher depuis vous n'êtes plus là. Arrêtes un peu d'regarder ta montre. C’est déjà si rare qu’on se rencontre face à face, nos têtes à la même place…
Track Name: Comme la neige (2e partie)
En rêve souvent tu imagines, le bout de ton gun dans ma narine, un boulet bousillant ma ploté de beans, faisant gicler la sauce d’hémoglobine.

Puis t’éveille en sueurs avec l’horloge qui tic, tac l’impression d’un cauchemar érotique. T’as commencé à comprendre la musique. Émergeant enfin du coma éthylique
Track Name: Parfum de peine
Cueillie une fleur à la fin de l’été.
Elle vivait de tout façon, sur du temps emprunté.
(Lui ai dit)
La nature c’est clair, même si tu payes ton loyer
par ta beauté de lumière va se débarrasser de ton corps usé…
Parfum de peine dit moi où tu m’emmènes? Sous l’eau?
Toucher le mât d’un vieux voilier de bois,
coulé par le fond, dit moi où vas-tu donc?

Parlé haut et fort pour combattre le silence
qui malgré tous mes efforts m’assaillait en tous sens.
Avoué mes torts et feint l’innocence
d’un cœur blessé immature en pleine adolescence.
Et mon corps usé…

Parfum de peine dit moi où tu m’emmènes? Sous l’eau?
Toucher le mât d’un vieux voilier de bois,
coulé par le fond, dit moi où vas-tu donc?
Track Name: Routine
J’arrête te prendre au parking d’la job vers 4 heure et demi on va chercher le p’tit.
Une salade verte, moi j’avais l’goût d’côtelettes. Taponne sur internet toé tu plis mes bobettes.

Routine, routine lâche pas la bride de ta main assassine.

J’ai l’goût de te prendre dans mes bras, qu’on parte juste comme ça, n’ importe où juste toi et moi,sans plan.
Que se rencontrent comme avant, nos amours vieillissants loin des contraintes du manque de temps. Suis-moi.
Track Name: Comme la neige (3e partie)
Et la soif de vengeance, qui vous détruit peu à peu,
fait de vos vies une urgence : sang pour sang, yeux pour yeux.
Mercenaires infectés par cette rage pandémique,
pensant pouvoir réparer les bonheurs anémiques
que je laisse au passage (chien sale irresponsable),
répandez le message qu’il faut trouver un coupable.
Ça ne ramènera personne mais tournera la page
d’une histoire qu’on veut mignonne pour tous les enfants sages
Track Name: Mono Paul D.
Mono Paul D.
Je ne travaille pas dans un champ de coton. Je ne dors pas sur une couchette de paille. Je ne me fais pas de sang de cochon. Je n’ai de blues dans la tête qui braille.
Hostie que j’t’écœuré du monde qui n’ont pas une cenne et qui passent leur temps à chialer qu’on les prend pour des mitaines.
Ben c’est ça que vous êtes, payez côlisse!!! C’est pas beau ça : l’envie… On en tire très peu de profit. Entre deux œufs bacon j’ai Pas le choix de te couper ton emploi. Y faut que mon empire se déploie, pis tu ne veux pas que je te paye comme un Chinois!